Statut de protection

Malheureusement il n’ya a pas de aires protégées marines en Côte d’ivoire, ce qui serait très important pour la conservation de cette biodiversité unique. La zone du projet de Grand Béréby ne jouit pas d’un statut officiel de protection. Bien que ce titre ne garantisse pas la survie de l’écosystème, à moyen - long terme un statut de protection officiel pour une portion de côte entre Grand Bereby et Tabou devrait être cherché.

Le statut de protection appelé "Réserve Naturelle Volontaire" pour la zone du projet semble être raisonnable et réalisable. Les détails de la demande ne sont pas encore clairs. Il serait souhaitable de mieux délimiter la zone pour ainsi intégrer les lagunes et les mangroves dans la zone de protection.

Partenariat gagnant-gagnant pour les pêcheurs et la protection des tortues

Une tortue verte attrapée dans les filets de pêche
Un pêcheur Fanti a informé le surveillant de Dawa
Du fil pour réparer ses filets lui a été offert

L’ethnie Fanti est originaire de Ghana. Ils sont les seuls pêcheurs en haute mer de la zone du projet. Ils sont bien organisés. Une recherche faite par deux personnes déguisées en touristes dans le marché Fanti a prouvé que les lois sont respectées et qu’il n’y a plus de vente de viande de tortues sur le marché. Il existe une très bonne collaboration entre CEM et les Fanti. Celle-ci peut être illustrée avec un exemple : en Fevrier 2015, un Fanti a attrapé deux tortues vertes dans ses filets. Il a appelé Alexandre Dah, Président et  coordonnateur de CEM sur le terrain. Alexandre s’est rendu immédiatement sur les lieux accompagné d’un des surveillants, qui s’est occupé de relâcher les tortues et d’offrir du fil de pêche au pêcheur en compensation, car très souvent les tortues déchirent les filets en des débattant pour échapper. Un excellent exemple de conservation environnementale de terrain!